Les lingots d’or fourrés ou plaqués

Les lingots d’or fourrés est la technique la plus élaborée qu’utilisent les faussaires (réplicable sur les lingots d’argent, de platine et de palladium).

Les lingot d’or « toc »

La première technique utilisée pour créer un faux lingot d’or et de recourir au plaqué. C’est la technique la moins coûteuse à mettre en œuvre et elle nécessite une très faible quantité d’or pour créer l’illusion.

En effet, pour faire un faux lingot, il est quand même nécessaire d’utiliser un minimum de métal précieux.

Si cette technique est facile à mettre en œuvre, ces faux lingots d’or (appelés plus vulgairement « toc ») sont les plus faciles à détecter.

Note :

Généralement ces types de lingots sont faits en plomb, ce métal ayant la particularité de rendre la couleur jaune de l’or plus foncée (ce qui peut être un piège, car pour les néophytes cette teinte peut paraître plus belle ou plus « authentique »).

A noter également que les faux lingots d’or sont plus légers par rapport aux vrais.

Les lingots fourrés

Pour créer un faux lingot d’or, ayant une apparence plus proche d’un vrai, une technique plus sophistiquée existe.

Il s’agit de créer un lingot dans un métal commun, souvent du plomb, et de l’enrober d’une couche d’or plus ou moins épaisse.

L’apparence extérieure devient donc beaucoup plus trompeuse, puisque la couche superficielle et bien de l’or pur à 24 carats.

Cette technique s’appelle fourrer un lingots.

Quoiqu’il en soit, le plomb reste toujours plus léger que l’or. Pour pallier à cela, un autre métal peut être utilisé : le tungstène. Bien qu’étant toujours plus léger, sa masse se rapproche de celle de l’or.

pub-colonne

Toutefois, cette utilisation reste à relativiser. En effet, ce métal est de plus en plus présent dans l’industrie et les gisements sont assez rares. Du coup, le prix du tungstène à tendance à grimper. Il n’est d’ailleurs pas impossible que ce métal soit, un jour, considéré comme étant précieux.

En outre, la température de fusion du tungstène est la plus élevée des métaux 3410° (d’où l’utilisation de ce métal dans les ampoules). Sa mise en œuvre est donc beaucoup plus complexe. Certains spécialistes indiquent que seules 16 usines dans le monde sont capables de véritablement travailler ce métal.

Note :

Les lingots d’or fourrés au tungstène sont en fait assez rares. Ils ne peuvent concerner que des quantités importantes et/ou des lingots d’au moins 1kg.

Les banques centrales, les sociétés d’investissements, les négociants en métaux précieux, etc, sont donc plus susceptibles d’être des victimes de ce marché, que les particuliers.

Conseils pour bien acheter un lingot

– Ne pas acheter dans les marchés parallèles.
En effet, une société reconnue ayant pignon sur rue sera apte à vous donner les garanties réglementaires nécessaires à ce genre de transaction. Alors qu’en cas de problème, dans les marchés parallèles, il ne vous restera plus que les yeux pour pleurer.

– Vérifiez les marques officiels, (poinçons, certificats, etc)
En effet, tous les lingots sont forcément vendus avec des poinçons indiquant la pureté, le poids, le nom (et/ou symbole du fabriquant) ainsi qu’un certificat.

– Vérifiez le numéro de série
Certains lingots sont frappés d’un numéro de série. Si on vous propose deux lingots avec les mêmes numéros de série, alors aucun doute, vous êtes en présence de faux.

– Acheter dans votre pays de résidence
En effet, en cas de fraude il est toujours plus facile de faire valoir ses droits dans le pays où l’on habite que de s’adresser à l’étranger.

– Méfiez vous du prix
En effet, l’or, l’argent, le platine et le palladium, sont des matières premières très encadrées par les législations de nombreux pays et par les acteurs principaux du marché international. Il n’y a donc aucune raison pour quelles soient vendues à un prix trop inférieur au cours officiel.

Méthodes professionnels de contrôle de la qualité d’un lingot

Même si des faux de qualité médiocre existeront toujours, la contrefaçon tend à « s’améliorer ». En effet, il est maintenant courant de voir de faux lingots d’or, produits de manière industrielle et professionnelle, ayant une apparence semblable à un vrai.

Nécessairement, les outils et méthodes à mettre en place pour détecter les supercheries deviennent plus complexes, et nécessitent des équipements professionnels, avec des compétences appuyées dans le domaine des métaux précieux.

Cohérence entre les dimensions du lingot et son poids

Tout d’abord, la première chose à faire c’est la pesée. Pour cela il faut avoir une balance précise.

Ensuite, à l’aide d’un pied à coulisse, il vous faudra prendre les dimensions du lingot.

L’objectif est de vérifier si le poids du lingot est en accord avec son volume.

Tout écart, hors tolérance, deviendra suspect.

Table des masses volumiques

Métal précieux

Valeurs

Or 19,3 g / cm³
Argent 10,5 g / cm³
Platine 21,4 g / cm³
Palladium 12,0 g / cm³
* Données valables, selon le métal pur, à 995 ‰ ou 999 ‰

 

Exemple simplifié pour un lingot d’or rectangulaire à angles droits :

Un lingot d’or avec une longueur de 7,5 cm, une largeur de 3 cm et une hauteur de 2,3 cm devra peser 998,775 g
En effet, le volume de ce lingot représente 51,75 cm³ (7,5 x 3 x 2,3)
Donc 51,75 x 19,3 = 998,775 g

Cet exemple est juste donné à titre d’illustration, car bien souvent les angles des lingots sont arrondis et la forme se rapproche plus d’un trapèze.

Surtout, les lingots n’ont pas tous le même degrés de fabrication :

En France les lingots dits « de bourse » ont la forme de briques irrégulières et la trace du moule est souvent visible.

Dans d’autres pays, comme en Suisse et en Afrique du Sud, les lingots sont fabriqués de manière plus standard avec des surfaces parfaitement lisses.

Pour obtenir un calcul exact, les professionnels utilisent une balance hydrostatique de précision.

Analyse par SFX

La Spectrométrie de Fluorescence X (appelé SFX, FX, ou XRF pour X-ray fluorescence) permet de déterminer la pureté du métal précieux de la surface d’un lingot.Le principe est le suivant, l’appareil émet des rayons X sur le lingot.

A chaque matière correspondra un écho particulier.

Ces informations permettent d’analyser la composition du lingot.

Toutefois ce test ne permettra de détecter que les lingots avec une fine couche de métal précieux.

Mesure de la conductivité électrique

Ce test ne peut fonctionner que pour des lingots d’un poids maximum de 50 g. En effet, au-dessus de cette limite, les résultats ne sont pas fiables.

Ce test est effectué à l’aide d’une sonde.

La conductivité électrique est la qualité qu’a un métal à permettre le passage d’un courant électrique (c’est l’inverse de la résistance).

A chaque métal précieux, correspond une conductivité propre :

Table de conductivités

Métal précieux

Valeurs

Or 44,7 MS/m (+/-1,5 MS/m)
Argent 60,4 MS/m (+/-2,3 MS/m)
Platine 9,13 MS/m (+/-0,34 MS/m)
Palladium 9,33 MS/m (+/-0,35 MS/m)
* Données valables, selon le métal pur, à 995 ‰ ou 999 ‰

Mesure par ultrason

Pour des lingots ayant un poids conséquent (1 kg ou plus), l’analyse peut être effectuée par ultrasons. En effet, à chaque métal précieux correspond une vitesse de son spécifique.

Cette méthode permet de vérifier si un lingot est fourré avec du plomb ou du tungstène, ou n’importe qu’elle autre matière.

Table de propagations sonores

Métal précieux

Valeurs

Or 3250 m/s (+/-150 m/s)
Argent 3640 m/s (+/-150 m/s)
Platine 4075 m/s (+/-150 m/s)
Palladium 4540 m/s (+/-150 m/s)
* Données valables, selon le métal pur, à 995 ‰ ou 999 ‰

 

Note :

Tous les tests que nous venons de voir sont non destructifs.

Il ne peuvent être réalisés que sur des lingots en métal précieux fin (pur).

Le test ultime : la scie

Le test le plus simple à réaliser et de couper le lingot en deux.

Le problème est qu’aucun vendeur ne vous laissera effectuer ce test avant d’avoir payer le lingot.

Cela ne pourra donc être effectué qu’une fois le lingot acheté.

Pour aller plus loin

Différencier le vrai du faux

Les pièces de monnaie antiques

Les pièces d’or d’investissement

L’argenterie fourrée