Les pièces d’or d’investissement

Les pièces d’or sont très recherchées dans l’optique d’effectuer un placement. En effet, certains pensent qu’il peut être plus sûr d’investir dans de la monnaie or plutôt que dans la bourse, l’assurance vie, etc.

Il est cependant nécessaire de différencier deux types de pièces d’or, celles de collection et celles d’investissement (nous excluons les pièces antiques qui font l’objet d’une analyse à part).

Les pièces de collection

Comme cette appellation l’indique, les pièces de collection ne sont pas recherchées pas les investisseurs, mais par les collectionneurs.

En effet, ces pièces sont rares et peuvent valoir bien plus que le métal précieux les constituants. Cela s’appelle la « prime ».

Explication de la prime sur une pièce d’or

La prime est la différence entre la valeur réelle du métal précieux constituant le poids de la pièce et le prix à laquelle elle se vend.

Exemple :

Si le poids en métal précieux d’une pièce d’or est de 100 € et qu’elle se vend 200 €, alors cela signifie que la prime est de 100 %.

– Comment s’établit la prime sur une pièce ?
Comme tous les objets, la prime est fonction de plusieurs facteurs.

– La qualité de la fabrication.
Une pièce « Fleur de coin » (ou Belle Épreuve) voudra bien plus qu’une pièce de série. En effet, elle aura été produite en petite quantité et vendu dans un écrin. Cela est souvent le cas avec les pièces commémoratives.

pub-colonne

– La conservation
Différent de la qualité de fabrication, il s’agit ici de l’état d’usure de la pièce. Plus une pièce est ancienne et en bonne état, plus sa prime peut être élevée.

– La mode
Comme pour les objets d’orfèvrerie, l’engouement des acheteurs peut varier pour tel ou tel type de pièce. De même, ce marché n’est pas exempt d’effet mode. A une période donnée, certaines pièces peuvent atteindre une prime de 20 %, ensuite grimper à 80 %, et par la suite tomber à 50 %, etc.

– La valeur numismatique
Il s’agit ici d’éléments particuliers liés intrinsèquement à la pièce.
Cela peut concerner une série de pièces produites à très peux d’exemplaires. Mais aussi des productions plus importantes. En effet, sur des millions de pièces émises, il peut arriver que certaines présentes des défauts ou des spécificités rares (cela s’appelle des pièces « fauté »).
Par exemple, la signature d’un contrôleur, un signe particulier, etc.
Il se peut aussi qu’une pièce soit très commune, mais que sur une année elle a été très peut produite. Du coup, les pièces émises durant cette période, peuvent avoir une valeur plus grande que la même pièces, émise à des dates différentes.

Note :

La plupart des éléments que nous indiquons pour les pièces en métaux précieux sont aussi valables pour les pièces en métal vil. Si vous possédez des pièces anciennes, même si elles sont en aluminium (pièces françaises en cours durant le régime de Vichy) ne vous précipitez pas pour les vendre. Certaines peuvent avoir une grande valeur.

Les pièces d’investissement

Pour les pièces dites « d’investissement » les données sont différentes. En effet, elles n’ont pas ou peux de valeur en temps que pièces de collection.

Leur atout majeur, reste la possibilité de les convertir en liquidité, directement à partir de leur poids en or.

Toutefois, n’oubliez pas un élément important : même si ces pièces ont une prime nulle ou quasi nulle, cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’évolution.

Cas du Napoléon or

Pour illustrer cela, nous allons partir de la France car c’est un cas particulier. En effet, le Napoléon or est sans doute la pièce la plus recherchée dans l’hexagone. Alors qu’au niveau internationale elle n’est pratiquement pas demandée.

De nos jours la prime sur cette pièce est quasi nulle (mai 2015 à la rédaction de ce dossier Napoléon 20 fr or), cependant, dans les années 80 elle était tellement recherchée que certaines pièces ont pu avoir une prime de 80 % voire 100 % (bien malin celui qui peut dire que cela ne se reproduira pas un jour).

Mais cela n’est pas aussi simple, car il y a Napoléon et Napoléon. En effet, les premiers tirage de ces pièces ont eu lieu en 1802 et c’est étendu jusqu’en 1914. Elles ont à nouveau était produites dans les années 50 et 60.

Ceci dit, comme nous l’avons abordé plus haut, même s’il s’agit d’une pièce d’investissement, certaines peuvent être considérées comme étant de collection. N’oubliez pas, un détail sur le graphisme change, une année où elle a était moins produite, etc, peuvent largement influencer la valeur d’une pièce, quelles soit d’investissement ou pas.

– Quelques exemples sur le napoléon or :

Bonaparte, Napoléon Ier, Louis Philippe, etc, sont considérées comme étant des pièces de collection.
Alors que : Napoléon III Tête Nue, Napoléon III Tête avec couronne de laurier, Génie de la 3ème République, ou encore avec les devises suivantes : « Dieu Protège la France » ou « Liberté, Égalité, Fraternité » sont considérées comme étant des pièces d’investissement.

Caractéristique technique Napoléon Or :

  • Diamètre : 21 mm
  • Poids or : 6,45 g
  • Pureté : 900 millièmes

Cas du Souverain Britannique Sovereign (British coin)

Cette pièce est de plusieurs types, celles qui sont considérées comme étant des pièces d’investissement sont Georges V et Elizabeth II.

Les premières pièces ont été émise par le roi Henry 7 en 1489. Toutefois, c’est après avoir battu Napoléon que le Royaume Uni a frappé régulièrement cette pièce. Depuis, elle est encore produite même dans notre période contemporaine.

Cette pièce est un bon exemple de la complexité de ce marché. En effet, à partir de la fin du 15ème siècle, un nombre important de ces pièces ont été produites. Mais un nombre très important est partie à la fonderie. Cela pour plusieurs raisons : pour en créer de nouvelles ou pour les transformer en lingot.

En effet, en cas de crise, ou pour respecter un accord internationale, la Couronne Britannique à tout à fait la possibilité de fondre ses pièces. D’ailleurs une grande partie d’entre elles ont été envoyée, sous forme de lingots, aux USA.

Donc les dates indiquées sur la pièces peuvent être très importantes.

Caractéristique technique Souverain Britannique :

  • Diamètre : 22,05 mm
  • Poids or : 7,988 g
  • Pureté : 916,666 millièmes

Une décote sur les pièces d’or est-ce possible ?

Aussi étonnant que cela puisse paraître, tout marché, quelque qu’il soit, est soumis aux mêmes règles.

Si la pression est acheteuse alors les prix augmentent même en-dehors de toute rationalité.

En revanche, si la pression est vendeuse, alors les prix baisseront et pourront même être en-dessous de la valeur au poids du métal.

Note :

Cela c’est produit avant la crise financière de 2007 – 2008.

La raison invoquée pour acheter en-dessous du cours de l’or ?

Le coût pour les fondre et les transformer en lingot d’or.

Les fausses pièces d’or

De nombreuses fausses pièces d’or circulent sur le marché.

Les technique employées pour créer de fausses pièces d’or sont classiques, cela va du plaqué bas de gamme au pièce fourré (de plomb, voire de tungstène) de « bonne qualité ».

Ces éléments sont largement développés dans le dossier sur les lingots et nous ne reviendrons pas dessus.

En revanche les pièces d’or, d’argent, même de métal commun, ont des particularités propres. Les détails importants se situe sur la gravure même des faces de la pièces et même de la tranche.

En effet, des défauts importants peuvent indiquer que vous êtes en présence d’une copie. Par exemple, l’indication d’une année d’émission qui n’a jamais existé pour les pièces officielles du même type, l’absence d’une marque importante (comme le poinçon), un dessin imprécis ou mal fait.

Toutefois, comme nous l’avons précédemment indiqué, les pièces sont émises à des millions d’exemplaires et certains défauts n’indiquent pas forcément qu’il s’agisse d’un faux. Toute la complexité de reconnaissance d’une pièce se situe ici.

Note :

Il est assez rare que des faussaires proposent une seule pièce à la vente, si vous constater des points d’usure identiques sur, seulement deux pièces, alors vous êtes en présence d’un faux.

Comment investir sur les pièces d’or ?

Comme nous venons de le voir, le marché des pièces d’or est très particulier, il demande de glaner des informations, de rencontrer des experts, notamment des numismates, qui sont les spécialistes de ce domaine.

Comme nous le disons régulièrement, ne vous contentez pas d’un expert, car vous arriverez à avoir une meilleur approche en consultant au moins trois experts. Et dans le lot n’oubliez pas les commissaires priseurs.

Le seul conseil, qui nous semble le plus sage, et d’acheter des pièces qui ne sont pas encore reconnue comme étant de collection, mais qui pourraient le devenir.

Pour cela armez-vous de patiente et apprenez, c’est le seul moyen d’éviter les mauvais choix.

Acheter les pièces de votre pays

Le bon sens paysan est de bon aloi dans ce domaine.

En effet, si vous désirez acheter un Napoléon or il vaudra mieux l’acheter en France, elle sera meilleur marché. Faites un test et vous verrez qu’au Canada, cette pièce se négocie plus cher qu’en France (cela même avec internet).

Ce cas se reproduit également pour le Souverain Britannique, qui sera négocié moins cher en Angleterre qu’en Inde ou dans d’autres pays où la Couronne d’Angleterre a eu un fort impact.

Donc, sauf rares exceptions, acheter les pièces de son pays de résidence est une priorité.

Pour aller plus loin

Reconnaître le vrai du faux

Lingots d’or et autres

Les pièces antiques

L’argenterie fourrée