Les couleurs de l’or : Comment sont-elles obtenues?

Les principales couleurs de l’or sont : l’or jaune, l’or blanc et l’or rose. Mais savez-vous qu’en tout, il est possible d’obtenir 7 couleurs, voire plus ?

L’or est rarement employé seul

Tout d’abord, il faut savoir que l’or est un métal très malléable et tendre, donc très facile à déformer.

En mélangeant l’or à un autre métal, vous obtenez un alliage. Ce dernier étant plus résistant que le métal précieux, il permet à votre bijou de tenir sa forme dans la durée.

Sans quoi, au bout de peu de temps, votre bijou ne ressemblerait plus à rien.

Il est à noter, que le métal associé à l’or peut être aussi bien un métal commun (cuivre, fer, etc.) qu’un autre métal précieux (palladium, argent, etc.)

Astuces :

L’image d’Épinal, assez répandue, qui consiste à montrer quelqu’un en train de mordiller une pièce pour savoir si elle est en or, provient justement de la malléabilité de ce métal précieux.

En effet, la marque que les dents laissaient sur le métal prouvaient que vous étiez en présence d’une vraie pièce en or.

Bien que cette méthode paraisse archaïque, elle peut toujours être utilisée de nos jours. Cependant ne vous attendez pas à laisser une grosse marque avec vos dents !

Car selon le pourcentage de métal commun mélangé à l’or pour le rendre « dur », la plupart du temps, mâchouiller une bague ou un bracelet, ne vous indiquera pas grand chose.

Le secret pour obtenir de l’or de différentes couleurs

En fait, il n’y a pas vraiment de secret, c’est simplement le métal associé à l’or qui permet le changement de couleur.

En effet, c’est grâce à ce mélange (appelé « alliage ») que l’on peut modifier la couleur d’origine de l’or.

Par exemple, un bijou à 18 carats, signifie que cet objet est composé à 75 % d’or et à 25 % d’un autre métal.

Ce métal peut être constitué de cuivre, de fer, de palladium, ou autre.

pub-colonne

Eh bien, selon le type de métal que l’on va utiliser, la couleur de l’alliage va se modifier.

Mais ce n’est pas tout, cette modification est due, non seulement au type de métal associé à l’or, mais aussi à sa répartition :

  • En effet, avec 75 % d’or et 25 % de cuivre, vous obtenez de l’or rouge.
  • En revanche, toujours pour 75 % d’or, si vous ajoutez 16 % de cuivre et 9 % d’argent, vous allez obtenir de l’or rose.

Astuces :

La notion d’or massif est du coup très variable d’un pays à un autre.

En effet, certains pays, comme la France, ne considèrent un objet en or massif que si la répartition du métal précieux est d’au minimum à 750 ‰ (18 carats). Les répartitions inférieures sont alors appelées « alliages d’or ».

Pour d’autres pays, comme l’Ukraine, cette distinction n’est pas établie. Un bijou à 583 ‰ (14 carats) sera donc considéré comme étant en or massif.

Il faut donc apporter une attention toute particulière aux poinçons qui sont apposés sur le bijou.

Tableau des différentes couleurs de l’or

Dans le tableau ci-dessous, vous pouvez connaître les différents métaux couramment employés à teinter l’or.

Tableau des sept couleurs de l’or

Couleur Obtenue

Teneur en Or

Métal employé

Répartition

Or Jaune

 

750

 

Argent

125 ‰*

Cuivre

125 ‰*

Or Blanc

(Appelé aussi Or Gris)

750

Palladium

ou

Nickel

(Certains pays interdisent le nickel, car il est source d’allergies)

250 ‰

Or Rouge

750

Cuivre

250 ‰

Or Rose

 

750

 

Cuivre

160 ‰*

Argent

90 ‰*

Or Violet

750

Aluminium

250 ‰

Or Bleu

750

Fer

ou

Cobalt

250 ‰

Or vert

750

Argent

250 ‰

* En fonction de la teinte recherchée par le bijoutier, les proportions des métaux utilisés peuvent varier. Seule la teneur en or reste fixe.

Graphique de répartition des alliages

Un graphique pour aider à mieux visualiser la composition des différentes teintes obtenues sur l’or.

Obtention-des-couleurs-or-jaune-or-blanc-or-rouge-or-vert-or-rose-or-violet-or-bleu
Obtention des couleurs de : or jaune, or blanc, or rouge, or vert

Les pays qui fabriquent des bijoux à 24 carats

En effet, bien que l’or à 24 carats soit surtout utilisé pour fabriquer des lingots, certains pays produisent quand même des bijoux en or de cette qualité.

Dans ce cas, on aura plutôt tendance à parler « d’or pur » ou « d’or fin ».

Dans ces pays, c’est surtout la valeur de placement qui est prioritaire.

Cependant, même si l’esthétique passe en second, il est toutefois possible de trouver de belles pièces très bien exécutées.

Vous pouvez trouver ce type de bijouterie principalement en Asie et Asie du Sud-Est (Chine, Inde, etc.) et aussi dans les pays du Moyen-Orient, comme les Émirats Arabes Unie, l’Arabie Saoudite, etc.

L’or à 24 carats est obligatoirement jaune

Il va de soi que, la couleur de l’or étant naturellement jaune, un bijou en or à 999 ‰ (24 carats) sera forcément de cette couleur.

Astuces :

Afin de compenser la « mollesse » naturelle du métal précieux, nous précisons que dans ces pays, se sont surtout des bijoux assez épais qui sont produits…

…Ce qui implique une valeur assez importante de l’objet d’orfèvrerie !

Si vous comptez acheter un bijou de cette pureté, il vous faudra donc être très vigilant :

  • Sur le prix proposé (s’il est ridiculement bas, passez votre chemin).
  • Si on vous propose un bijou en or 24 carats d’une autre couleur que jaune, passez votre chemin.
  • Sur les poinçons apposés.
  • Aux lois régissant l’importation d’objets précieux dans votre pays d’origine.

Une variété infinie de couleurs pour l’or ?

Comme nous venons de le voir, pour l’instant, seules 7 couleurs sont possibles pour l’or.

Elles résultent toutes de l’alliage de l’or pur à un autre métal, ce qui implique que l’or à 24 carats, ne peut être que jaune.

Et bien cela est en train de changer !

En effet, en 2012, des chercheurs britanniques de l’université de Southampton ont trouvé la possibilité de modifier la couleur de l’or sans effectuer aucun alliage, et sans utiliser aucun produit chimique.

En utilisant, de manière particulière, les nanotechnologies, ces scientifiques arrivent à obtenir une nouvelle couleur « apparente » de l’or.

D’habitude, lorsque l’on aborde ce concept, on pense surtout à l’utilisation de nouveaux matériaux, pas forcément à la transformation d’un matériau existant.

Mais ici, l’astuce trouvée est encore plus forte. En effet, l’or ne subit aucune transformation particulière, si ce n’est un léger dessin (ressemblant à un gaufrage), effectué à l’aide d’un fraisage à faisceau d’ions ou par sablage, à la surface de l’objet.

Pour donner un ordre d’idée, en imaginant que le motif soit une succession de petits carrés, chacun d’eux représenterait 100 nanomètres. Soit l’épaisseur d’un quart de cheveu !

Il s’agit d’une vraie prouesse technologique, car le travail est réalisé à l’échelle atomique.

Le rapport entre un dessin et la couleur de l’or

Il peut paraître assez étonnant qu’un dessin, aussi précis soit-il, puisse modifier la couleur d’un métal. Eh bien, c’est le cas.

Car même si le traitement à la surface du métal est complètement invisible à l’œil nu, la façon dont l’or va réagir à la lumière sera différente.

En effet, celle-ci possède des longueurs d’onde spécifiques à chaque couleur. C’est ce que vous percevez lorsque vous regardez un arc en ciel.

Donc, seule la variation du dessin, sa forme, sa hauteur, sa largeur et sa profondeur, suffiront à changer la couleur du métal. A partir de ce principe, il est tout à fait possible d’avoir une multitude de couleurs, et même des dégradés, à plusieurs endroits d’un bijou (bague, boucle d’oreille, boite de montre, bracelet, etc.).

En fait, un gaufrage créera des millions de micro-reflets, qui en s’additionnant, ne renverront que la couleur qui correspondra à celle désirée.

Par exemple, si un objet réfléchit de la lumière rouge mais absorbe les autres longueurs d’ondes, il nous apparaîtra comme étant rouge.

Du coup, il ne s’agit bien que d’une couleur « apparente », puisque c’est seulement la réaction du métal à la lumière qui est modifiée. Nous pouvons presque parler d’une illusion d’optique.

Bien évidemment, si les scientifiques se sont penchés sur l’or, c’est indubitablement à cause de l’aura que possède ce matériau (ils étaient sûrs que les médias en parleraient plus facilement) mais cette méthode peut s’appliquer à tout type de métal, précieux ou non.

Astuces :

Lorsque cette technique sera industrialisée, cela aura des conséquences particulières :

La première et la plus évidente, ce sera l’explosion de créativité que cette méthode va engendrer.

La seconde, est qu’il sera difficile de déterminer le métal ajouté à l’or pour le rendre plus « dur » (une réglementation sera t-elle mise en place pour obliger l’utilisation de tel ou tel métal ? Ou bien serai-ce le moins cher du moment ?)

Faudra-t-il inventer une catégorie de poinçons spécifiques pour indiquer le métal qui sera ajouté à l’or ?

La couleur naturelle de l’or restera t-elle à la mode ?

Il faut savoir que l’homme n’a pas forcément cherché à modifier la couleur de l’or.

En effet, sa couleur naturellement jaune, avec un éclat très vif, a souvent été appréciée.

Par exemple, dans l’antiquité, l’or était assimilé au soleil, qui a l’époque était vénéré. Posséder des parures en or montraient une certaine proximité, voire une communication avec le divin.

D’ailleurs, cela a perduré longtemps, puisque quelle que soit la religion, de nombreux objets de cultes, de décoration, ou tout autre ouvrage avec une symbolique forte, ont été fabriqués en or ou recouvert de feuilles d’or.

Les secteurs de la bijouterie et de l’horlogerie ont été les premiers à utiliser de « nouvelles » couleurs pour l’or.

Est-ce que cette couleur, si belle, si éclatante de l’or, gardera son attrait ?

Nous l’espérons de tout cœur.

Pour aller plus loin

Comprendre les poinçons

Les poinçons sur l’argenterie fourré

Tables de correspondance en millièmes, pourcentages et carats