Liste des pays référencés sur notre site

Liste des pays qui apposent des poinçons sur les objets fabriqués en or, argent platine et palladium. Vérifiez si un bijou comporte des poinçons officiels.

Sommaire

Achat & Vente

Europe de L’Ouest

Allemagne

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

pub-colonne

Autriche

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

France

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

Italie

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

Royaume Uni

Note :

Les poinçons de ce territoire sont en cours de référencement.

Ils ne sont donc pas encore disponibles en ligne.

Cette section inclura les pays suivants :
Angleterre
Écosse
Irlande

Suisse

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

Europe de L’Est

Pologne

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

Roumanie

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

Russie

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

Tchécoslovaquie

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

Yougoslavie & Serbie

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

Afrique

Algérie

Poinçons

Cadre historique législatif et géographique

Égypte

Poinçons

Cadre historique et géographique

Amérique du Sud

Argentine

Poinçons

Cadre historique et géographique

Océanie

Australie

Poinçons

Cadre historique et géographique

Des législations très différentes

mappemonde

Les réglementations changent en fonction des pays. En effet, certains ont une législation assez souple et d’autres sont beaucoup plus stricts. En outre, selon les époques, les systèmes de marquages des objets fabriqués en métaux précieux ont beaucoup évolué.

De plus, sachez que selon sa rareté, ancienneté, etc, il est tout à fait possible qu’un ouvrage d’orfèvrerie, d’horlogerie ou de bijouterie puisse valoir plus cher que la valeur du métal précieux qui le constitue.

Les poinçons sont des éléments essentiels qui peuvent vous aider à faire une première estimation d’un objet d’orfèvrerie ou d’argenterie.

Seulement, il n’est pas évident de comprendre chaque système de marquage.

Pour vous faciliter la tache, pour chacun des pays concernés, nous avons trié chaque poinçon en fonction du métal précieux auquel il fait référence, par période et signification.

L’influence de l’histoire

L’histoire de la marque des objets en métal précieux est intimement liée à l’histoire de chaque pays. En effet, au fil des siècles, certains territoires ont été annexés ou colonisés, des révolutions ont eu lieu, etc. Sans compter le changement de nom de certaines villes, leur fusion avec une autre cité, et bien d’autres bouleversements. Tout ces événements historiques ont largement influencé les législations sur le poinçonnement.

Exemples :
La révolution française a supprimé tout un système de qui existait depuis cinq siècles. Sur ces ruines juridiques s’est construit le système des bureaux de garantie qui est encore utilisé de nos jours.
Lors de l’unification de la Suisse, les lois qui coexistaient dans chaque canton ont été remplacées par un système unique. Ce dernier a d’ailleurs largement été modifié lors de l’application de la convention internationale.
De même, suite à la révolution bolchevique, la Russie a entièrement revu l’administration du contrôle des objets en métaux précieux.

Aussi, enfin d’appréhender au mieux la signification d’un poinçon, il est nécessaire d’avoir un aperçu de l’histoire de chaque pays.

De fait, en cliquant sur les boutons suivants, vous accédez à un descriptif de l’histoire de ces pays à travers les siècles et jusqu’à nos jours, ainsi qu’aux poinçons utilisés par chacun d’entre eux, et à leurs périodes respectives.

Note :
Enfin de gagner en précision, nous considérons l’appellation de chaque pays en fonction de son époque.Exemple : Empire de Russie (période tzarine), URSS (période soviétique) et Fédération de Russie (période actuelle).

Principaux systèmes de poinçonnement

Au fur et à mesure que nous avons avancé dans nos recherches, nous nous sommes aperçus que trois systèmes principaux de contrôle et de marquage des métaux précieux sont employés à travers le monde.

1- Un service assuré par l’État :
Le contrôle et le marquage des objets en métal précieux sont effectués par une ou plusieurs administrations (comme les Bureaux de Garantie en France).

2- Les fabricants sont responsables :
Dans ce cas, le poinçon de responsabilité, (appelé poinçon de maître) apposé par le fabricant, sert de garantie. Des contrôles sont effectués par sondages (c’est le cas aux USA avec les “Volontary Product Standards”).

3- Des associations professionnelles :
Dans certains pays, ce sont des organisations professionnelles indépendantes qui assurent le contrôle et le poinçonnement des objets d’orfèvrerie et d’argenterie (c’est le cas de la Corée, où la majeure partie des fabricants réclament ce marquage)

Les poinçons en Europe

Pays membres de l’U.E

Dans l’Union Européenne la situation est très spécifique, car malgré l’union et la libre circulation des biens, plusieurs systèmes de poinçonnement très différents coexistent.

Nous pouvons donner comme exemple l’Angleterre et la France. En effet, ces deux pays utilisent tous deux des poinçons de garantie, mais le système est très différent de l’un à l’autre…

…sans compter l’Autriche, qui a abandonné les poinçons de garantie au profit des poinçons de responsabilité en 2001.

Rien qu’en Europe, nous pouvons indiquer que plus d’une vingtaine de variantes de systèmes de marquage des métaux précieux existent.

Même beaucoup plus, si on rajoute les pays et/ou empires disparus, comme l’Autriche-Hongrie.

Pays non membres de l’U.E

À part la Suisse, cela concerne surtout les pays à l’Est de l’Europe (Biélorussie, Ukraine, etc.) qui ont longtemps été sous la domination soviétique.

Dans ces pays, il est tout à fait possible de trouver des bijoux, de l’argenterie, etc., avec les poinçons officiels de l’URSS (il faut savoir qu’à cette époque, la possession d’objets fabriqués en métaux précieux était très réglementée. Trop en avoir pouvait susciter la curiosité du KGB).

Lorsque certains de ces pays ont obtenu leur indépendance, ils ont :

    • Soit adopté un système de marquage similaire à celui de l’ex URSS.
    • Soit créé une réglementation tout à fait différente.
    • Certains de ces pays sont dorénavant membres de l’Union Européenne et ont dû modifier leurs réglementations en fonction.
Astuces :

Avant l’époque Soviétique beaucoup de ces pays ont été, tour à tour, indépendants, sous la domination de royaumes étrangers, etc.

Cela implique que leurs frontières ont souvent été remaniées, (par exemple : la Pologne) et donc que des systèmes de poinçonnements très différents ont pu exister, même au sein d’une seule ville.

Poinçons en Amérique du Nord

L’Amérique du Nord est un cas particulier car la réglementation sur le marquage des métaux précieux sur ce continent a longtemps été intimement liée à celle des pays conquérants.

Au Canada

Dans ce pays, les ouvrages d’orfèvrerie et d’argenterie ont essentiellement été importés d’Angleterre et de France.

Cela implique trois choses :

  • Qu’il est possible de trouver des bijoux (même de l’argenterie ancienne, de l’orfèvrerie, etc.), produits au Royaume-Uni ou en France (du coup, avec les poinçons officiels de ces deux pays) sur le territoire canadien.
  • Pendant quelque temps, les ouvrages d’orfèvrerie et d’argenterie fabriqués, plus particulièrement au Québec, ont porté des poinçons (officiels et/ou de maîtres), inspirés du système de marquage français (couronne, cartouche, initiales de l’orfèvre, etc).
  • Quand aux autres provinces du Canada (et après la domination anglaise de tout le territoire) vous trouverez surtout des poinçons imitant le système de marquage anglais (lettre-date, lion-passant, etc).

Aux États-Unis

Constitués de différentes colonies anglaises, les États-Unis ont, tout comme le Canada, eu des produits fabriqués en Angleterre et ensuite importés sur leur territoire.

Mais nous n’avons pas connaissance de poinçons américains imitant les poinçons du Royaume-Uni.

Ce cas peut néanmoins se produire sur les poinçons de maître, mais ce serait plus une coïncidence qu’une réelle volonté de faire un poinçon ressemblant à un poinçon anglais.

De même, nous n’avons pas retrouvé de poinçons spécifiques à la Louisiane qui imiteraient le système de marquage français.

Astuces :

À la fin du 18ème siècle, beaucoup de poinçons de fabricants canadiens ressemblaient à ceux des poinçons de fabricants américains.

Cela peut rendre assez complexe l’identification de certains objets provenant de ces deux pays.

Les poinçons en Amérique du Sud

Brésil, Argentine, etc

Il est étonnant que ces pays, qui ont longtemps été les principaux producteurs d’or, d’argent, etc, n’aient pas mis en place des législations précises et strictes.

Astuces :

En règle générale, si vous achetez des bijoux ou tout autre ouvrage d’orfèvrerie et d’argenterie dans ces pays, il vous faut être très vigilant.

Car, non seulement, on ne peut pas dire qu’il existe (ni même qu’il a existé) des poinçons officiels, mais en plus, dans la majeure partie des cas, les fabricants ne sont soumis à aucun contrôle.

Les poinçons en Asie

Chine, Inde, Japon, etc

En Asie et Extrême-Orient, plusieurs cas peuvent se présenter. D’autant plus que nombre de ces pays ont profité d’un essor économique assez important il y quelques années. D’ailleurs, même en période de crise, leurs taux de croissance peuvent faire pâlir d’envie bon nombre de pays occidentaux.

En outre, quelques-uns d’entre-eux ont déjà des normes et un système de contrôle bien établis et efficaces, et d’autres désirent approcher des standards internationaux.

Quelques exemples :

  • La Chine (premier producteur d’or depuis 2007) a mis en place un système de marquage en 2000, qui est plutôt basé sur la responsabilité du fabriquant.
  • En Corée, se sont des associations professionnelles qui sont chargées du contrôle et du poinçonnement des objets en métal précieux.
  • Au Japon, c’est l’administration des monnaies et médailles qui assure le contrôle et qui appose les poinçons sur les ouvrages d’orfèvrerie et d’argenterie.
  • En Inde, c’est une administration gouvernementale qui assure le contrôle et le poinçonnement des bijoux, de l’argenterie, de l’orfèvrerie, etc. Mais uniquement pour les objets destinées à l’exportation.
Astuces :

Il faut savoir que dans ces pays, certains systèmes sont obligatoires et d’autres non.

Par exemple en Inde, bien qu’une administration existe, les fabricants, vendeurs, etc, ne sont pas tenus de faire contrôler et apposer un poinçon sur les ouvrages destinés au marché local.Et même dans les cas où le système de marquage est obligatoire, rien ne dit que les contrôles soient forcément effectués dans les règles de l’art.

D’autant qu’en Inde et en Chine l’or est vu comme une valeur d’investissement.

Donc, les bijoux peuvent être en 24 carats (999 ‰). Du coup, l’or pur ayant tendance à se déformer facilement, les réalisations sont assez épaisses.

Raison de plus pour bien faire attention lors de l’achat car leur valeur est évidemment particulièrement conséquente.

Poinçons dans le Monde Arabe

Maroc, Tunisie, Sultanat d’Oman, etc

Quelques fois ces pays ont des traditions très anciennes concernant le marquage des métaux précieux.

D’autres ont été des colonies d’empires occidentaux (comme la Tunisie qui a été une colonie française). Ces derniers ont, en général, conservé un système de poinçonnement calqué peu ou prou sur celui de l’ex-empire colonial.

En revanche, certains ont toujours été plus ou moins indépendants (ils ont pu être occupés par moments par d’autres royaumes voisins). Dans ce cas, leurs systèmes de marquage leur sont propres.

Astuces :

Comme en Asie, dans certains de ces pays, il vous sera possible de trouver des bijoux ou d’autres ouvrages d’orfèvrerie à 24 ou 22 carats. Là aussi, cela est dû au fait que les bijoux sont considérés comme étant une valeur de placement, mais pas seulement.En effet, les hommes n’offrent jamais (ou alors c’est extrêmement rare) des fleurs à leur promises ou épouses, mais plutôt des bijoux. Il y a donc un aspect culturel qui entre en jeu.

Quoiqu’il en soit, les bijoux en or à 24 carats (999 ‰) sont des pièces très épaisses, ceci à cause de la malléabilité caractéristique à ce métal précieux.

Les prix de ces bijoux sont donc très élevés et il convient de bien vous renseigner sur les poinçons en vigueur dans ces pays.

Poinçons en Australie

Bien que deuxième producteur mondial d’or, l’Australie n’a jamais appliqué de poinçons de garantie car curieusement, la production d’orfèvrerie et d’argenterie a été très peu développé dans ce pays.

Étant une ancienne colonie anglaise, et membre du Commonwealth, les objets en métaux précieux sont surtout importés du Royaume-Uni.

Ce sont donc des poinçons de garantie anglais que vous trouverez apposés sur l’argenterie et l’orfèvrerie australienne.

Astuces :

Il y a eu cependant une exception en 1923, moment où les fabricants australiens avaient créé des poinçons de marque (un pour chaque région).

Ces poinçons ne représentant pas une garantie officielle ; ils peuvent cependant aider à commencer une expertise.

Pour aller plus loin

Le vrai prix de l’or au gramme (et pas seulement)

Déchiffrer les poinçons

Convertir carats en millièmes

Les couleurs de l’or