Les poinçons sur le plaqué (or, argent, platine)

Qu’il s’agisse d’or, d’argent ou de platine, tous les objets d’argenterie, d’orfèvrerie et de bijouterie ,plaqués ou non, ont un poinçon

Une réglementation très variable

Concernant les objets de bijouterie, d’orfèvrerie ou d’argenterie en plaqué, tous les pays n’adoptent pas la même réglementation.

Certains sont assez laxistes est d’autres appliquent au contraire une réglementation très stricte.

Par exemple, en France, les bijoux en plaqué font l’objet d’une législation spécifique, qui garantit un minimum de qualité.

D’ailleurs, ce pays fait même une distinction entre les bijoux décoratifs et ceux destinés à l’horlogerie (ces derniers devant revêtir une couche de métal supérieure).

Mais ceci n’enlève rien au fait, qu’avec le temps, un objet en plaqué aura tendance à s’user et donc la couche de métal précieux à disparaître (cela peut se voir sur les bijoux, mais surtout sur l’argenterie ayant beaucoup servi).

Plaqué ou doublé quelles différences ?

pub-colonne

Bien que le plus souvent on entende l’expression « Plaqué », quelques fois il est fait mention de « Doublé »

En fait il n’y a aucune différence entre ces deux termes, il s’agit toujours d’appliquer une fine couche de métal précieux sur un objet en métal commun.

Qu’un vendeur vous parle de plaqué ou de doublé, cela ne change donc rien à sa qualité.



Les poinçons

Poinçon de titre et/ou de garantie

À notre connaissance, aucun pays n’appose un poinçon de titre ou de garantie sur un bijou en plaqué [ex : les bijoux français en plaqué (or, argent ou platine) ne peuvent pas avoir de poinçons de garantie].

Mais quelques fois il peut y avoir des poinçons spécifiques indiquant qu’il s’agit d’un ouvrage réalisé en plaqué or (ou argent, ou platine)

Les notions de « Double », « Métal » ou « Plaqué » peuvent être indiquées sur des bijoux.

Ces poinçons garantissent que vous êtes en présence d’un objet réalisé en plaqué, certifié par l’administration du pays où il a été fabriqué.

Bien que le développement de bijoux en plaqué soit très développé de nos jours, il est tout a fait possible de trouver des objets anciens fabriqués avec cette technique, qui est loin d’être nouvelle.

Exemple de poinçons pour le plaqué

Poinçon "MET" Tchéquie et Slovaquie 1993 - Bijoux en plaqué or ou argent
Poinçon « MET »
Apposé en Tchéquie et Slovaquie 1993
Indique que le bijoux est en plaqué or ou argent

 

 

Note :

Dans certains cas, la confusion entre un poinçon pour du plaqué et un poinçon pour le vermeil est très aisée à faire.

Il faut donc être extrêmement vigilant sur le graphisme du poinçon et ne pas hésiter à faire un test en cas de doute.

Le poinçon de maître

Bien que certains pays n’apposent pas de poinçons de titre, ou de garantie, un poinçon est forcément présent sur l’objet :
Celui du poinçon de maître (appelé aussi poinçon du fabricant)

Ces derniers sont plus ou moins réglementés.

En effet, si certains pays n’imposent pas que ce poinçon ait une forme particulière, d’autres sont en revanche beaucoup plus stricts.

Par exemple, en France, le poinçon de maître apposé sur un bijou ou tout autre type d’ouvrage (comme de l’argenterie) peut être soit carré, soit en forme d’écusson inversé.

Il peut intégrer soit un symbole représentant le logo du fabriquant, soit son nom ou ses initiales

Exemple de poinçon de maître

Poinçon de maître "Blason" - France
Poinçon de maître « Blason »
Apposé en France
Dans cet exemple, la notion de « doublé » ou « plaqué » n’est pas indiquée

 

Confusion possible entre les poinçons

Étant donné qu’un objet en plaqué peut être poinçonné, il est tout a fait possible pour les néophytes de confondre un poinçon de fabriquant avec un poinçon de garantie, en particulier lorsque aucune notion de « doublé » ou « plaqué » n’est indiquée.

À noter également que les notions de « plaqué » ou « doublé » peuvent être suivies d’une indication de titre :
Par exemple 18k, 750, 0.750, etc

Ce dernier cas ne signale en aucune façon que l’objet est en or ou en argent, mais indique simplement la pureté de la très fine couche de métal précieux (de quelques microns seulement), ce qui sur l’ensemble de l’objet ne représente pratiquement rien.

Note :

Dire qu’un bijou en plaqué ne comporte pas de poinçon est donc inexact.

Tous les objets, qu’ils soient en plaqué ou non, ont au moins une indication apportée par un poinçon.

Pour différencier un bijou en plaqué d’un bijou réellement en métal précieux (or, argent, platine, voire palladium) avoir une connaissance même basique des poinçons est donc primordiale.



Méthode de fabrication du plaqué (or, argent, platine)

Que ce soit pour fabriquer un bijou en plaqué or, argent ou platine (voire en vermeil), la méthode de fabrication reste la même.

Le métal principal, qui servira de support au métal précieux, sera choisi en fonction des contraintes techniques de solidité de l’objet : forme, épaisseur, fonction.

Par exemple :

  • Une bague fine risque de subir des effets de torsion plus importants qu’une baque plus épaisse
  • De même, un collier et une bague ne s’usent pas de la même manière
  • À noter qu’une bague peut être soumise à des produits (liquide vaisselle, lessive, etc.) tandis que ce ne sera pas forcément le cas pour un collier
Astuces :

Si votre budget ne vous permet pas d’acheter des alliances en or ou platine, nous vous conseillons vivement d’acheter des alliances en vermeil.

En effet, le vermeil étant de l’argent plaqué avec de l’or, la qualité de placage de ce dernier est exceptionnelle.

De plus, ces deux matériaux ne provoquent aucune allergie.

« Électrolyse » ou « galvanoplastie »

Pour effectuer le revêtement en or, argent ou platine, le métal commun qui constitue la base du bijou, sera plongé dans un bain électrolytique.

Il s’agit d’une solution qui permet de dissoudre un métal précieux, de manière à ce que ce dernier puisse se déposer sur l’objet que l’on souhaite revêtir.

Le principe de l’électrolyse (appelé aussi galvanoplastie) est de faire passer un courant électrique entre deux bornes appelées « cathode » et « anode ».

Le bijou est fixé à la cathode et le métal précieux à l’anode et lorsque le courant électrique passe entre ces deux bornes le métal précieux se dépose régulièrement sur la surface du bijou.

Pour une qualité optimum, l’électrolyse doit être réalisée en trois étapes :

  • Une première étape qui consiste à effectuer une amorce
  • Une seconde étape où l’on dépose le métal précieux
  • Une troisième étape, dite « de finition », dont le but est de donner un résultat impeccable au bijou

Techniquement, ces trois étapes correspondent à une différence d’intensité du courant électrique :

  • Forte pour l’amorçage
  • Moyenne pour le dépôt
  • Faible pour la finition

Métaux communs les plus utilisés

En bijouterie, 4 métaux communs sont souvent utilisés pour servir de base à la fine couche de métal précieux :

  • Le cuivre
  • Le bronze
  • Le maillechort
  • L’étain-plomb
Note :
Pour le vermeil, le métal de base n’est pas un métal commun, puisqu’il s’agit de l’argent.

Pour aller plus loin

Le vermeil

Comprendre les indications d’un poinçon

Les pays dont nous avons référencé les poinçons